Psychothérapie d’enfant

Présentation

Je suis psychothérapeute et psychanalyste installé en libéral depuis 2005 à Salon de Provence.

Formation professionnelle

Licence de psychologie du développement « Enfance, Adolescence, Vieillissement » à la faculté d’Aix en Provence
Formation à la psychanalyse freudienne et multi-référentielle, cursus de 5 ans
Formation continue en psychopathologie, psychothérapie et psychologie du développement
Psychanalyse personnelle de 6 ans
Psychanalyse didactique de 3 ans
Supervision régulière en psychanalyse et psychothérapie

Reconnaissance professionnelle

Membre de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse. FF2P.fr
Titre de psychothérapeute enregistré sur le fichier Adeli sous le n°130008352 auprès de l‘ARS (Agence Régionale de Santé) des Bouches du Rhône. http://www.ars.paca.sante.fr/
Psychothérapeute bénévole au sein de l'association APSOS (Association de Psychothérapeutes pour un SOutien Social) apsos.fr

Code de déontologie

En tant que psychothérapeute et psychanalyste inscrit à la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse je respecte les textes suivants :

- Le code de déontologie de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse
- la Déclaration de Strasbourg sur la psychothérapie de 1990. (signée par 41 pays)
- la Déclaration des Droits à la psychothérapie adoptée par l'Association Européenne de Psychothérapie (EAP) en 2003
- la Charte mondiale pour les personnes en psychothérapie adoptée par le World Council for Psychotherapy (WCP) en 2003
Ces textes sont mis à votre disposition au cabinet sur simple demande et consultables sur le site de la FF2P ; www.ff2p.fr

Ethique

Le psychothérapeute ou psychanalyste, en plus des prescriptions du code de déontologie, est tenu de se conformer à une éthique de soin pour le respect du patient ou de l'analysant et de la profession qu’il représente.

Pour le psychothérapeute ou psychanalyste

Le psychothérapeute ou psychanalyste doit respecter l’intégrité du patient, de son identité, de ses valeurs.

Il doit respecter la confidentialité des échanges et l’anonymat des patients.

Il doit avoir une attitude de neutralité, de bienveillance et d’absence de jugement.

Il doit être formé à une ou des méthodes psychothérapeutiques reconnues et il doit pouvoir les expliquer.

Il doit préciser la technique employée, ces modalités de mise en œuvre, ses limites, le coût du traitement et les modalités de paiement.

Il instaure une règle de non-violence sur les personnes et les biens.

Il s’efforce de limiter les phénomènes de suggestion, inhérent à toute psychothérapie.

Il s’impose des limites dans la relation, il proscrit toute relation sexuelle, de séduction, d’amitié, de manipulation ou d'emprise envers les patients.

Il à l’obligation de remise en question de ses acquis théoriques, en s’informant des avancées scientifiques en psychologie et en psychothérapie et en actualisant ses connaissances par des formations et en travaillant sur son contre-transfert pour le réduire dans ce qu’il a de négatif pour le processus de psychothérapie.

Le psychothérapeute ou psychanalyste à la liberté de ne pas travailler pour une école, pour un maître à penser ou pour un état.

Pour le patient ou l'analysant

Le patient ou analysant qui s’engage dans une psychothérapie est conscient de la nécessité d’une coopération active, il s’efforcera de réduire ses résistances conscientes au processus.

Le patient ou analysant respecte et honore les rendez-vous pris, en cas d’empêchement il s’engage à prévenir le praticien le plus rapidement possible.

Stéphane Jacquemin – Dernière mise à jour le 08.12.2014